La décroissance, un gros mot.... qu'on utilise de plus en plus mais que veut-il dire en réalité ?

Pourquoi des personnes font-ils le choix de la décroissance ?

terre_caddie

Image trouvée ici

(Je vous encourage d'ailleurs vivement à aller lire le très bon article de ce blog).

L'écologie est à la mode, il n'y a qu'à voir comme nos hommes politiques s'attribuent l'écologie et surfent sur la vague. Je pense bien sur au Grenelle de l'environnement et au sommet de Copenhague en exemple.

Pour moi, il ne s'agit que d'une mascarade, une mascarade honteuse, une manière de redorer son blason.

Quelle société dans laquelle on vit, société ou si on ne ne consomme pas, si on ne possède pas toujours plus et toujours plus récent, nous ne sommes rien. Je ne citerai qu'une personne pour illustrer mon propos, m. Jacques Séguéla :

"Comment peut-on reprocher au président d'avoir une Rolex. [...] Si a 50 ans, tout le monde n'a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie." Oui, oui vous avez bien entendu, ce monsieur a bien dit ceci à la télévision... (les 4 vérités France 2). Mon père n'a pas de Rolex malgré sa 50taine passée, ma mère n'en possède pas, ma belle mère non plus, ni mon beau père, et encore moins ma grand mère avec ca miniretraite, ni mon grand père .... Et pourtant ont-ils raté leur vie ? Je ne crois pas. Mon ambition dans la vie n'est pas de posséder une Rolex, ni même de posséder un ou des chateaux, voitures de sport, ....

Non, mon ambition est de vivre sereinement, simplement en défendant les valeurs vraies de la vie sans bousiller la planète grace à laquelle je peux vivre tous les jours, celle qui me nourrit. Car l'homme fait partie de la vie, nous sommes partie intégrante de ce monde.

Alors pour comprendre la décroissance, il faut comprendre la croissance, croissance économique. Et qu'est ce que la croissance ? Travailler plus pour produire plus, pour éventuellement gagner plus pour consommer plus. Quel mouvement durable....

Kenneth Boulding, économiste du 20° siècle, a dit cette phrase si juste : "Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste."

.

Pourquoi choisir la décroissance ? Je pense que la décroissance est inévitable, je crois que nous ne pouvons pas continuer de suivre ce mode de vie qui est le notre. Le changement est la condition sine qua non à notre survie. Sans décroissance, il n'y a pas d'avenir pour l'humanité. Si chaque être humain consommait comme un français, il nous faudrait 3 Terre pour pouvoir satisfaire tout le monde .... sauf que nous n'en avons qu'une, et qu'elle est en très vilain état. Il nous faut donc réagir, et vite !

Puisque le changement est obligatoire, alors je préfère le choisir, cette nouvelle vie n'en sera que moins difficile.

Cela dit, accepter l'idée de décroissance est quelque chose de difficile, ne pas suivre les diktats de la mode, de notre monde, parce que nous sommes tellement tentés par la publicité... mais aussi parce que nous sommes tellement habitués à cette consommation, parce qu'on nous a tellement fait croire que le bonheur était dans la possession : écran plat, ordinateur portable, téléphone sans fil, téléphone portable tactile. A croire que sans consommation nous ne sommes rien. Nous sommes également dans un monde ou il est plus simple de racheter un appareil que de faire réparer l'ancien, quand son I Pod est cassé, il est plus économique d'en racheter un nouveau que de réparer l'ancien (source : Que Choisir de je ne sais plus quand). Mais où va notre monde ????

La vivre, c'est différent. C'est revoir les valeurs de notre monde, c'est se couper de la télé et des publicités tentantes, c'est garder son esprit critique ouvert, c'est aller respirer l'air pur dehors avec ses enfants au lieu de rester avachi sur un canapé à regarder quelque émission sans intérêt. C'est jardiner, montrer à ses enfants comment faire pousser ses légumes. C'est le plaisir et la fierté de cuisiner avec son enfant et le voir découvrir de nouvelles saveurs qu'on ne découvre pas dans les plats cuisinés.

Quand on parle de décroissance, on nous parle des pauvres : il serait indécent de vouloir consommer moins par rapport aux pauvres. Bien sur, les pauvres aimeraient consommer comme nous, mais est-ce vraiment indécent de refuser cette consommation de masse sous prétexte que les pauvres n'y ont pas accès ? L'argent que je dépense va dans les poches des entreprises très lucratives; de multinationales, qui chaque jour détruisent un peu plus notre planète nourricière, et non dans celles de ces pauvres. Au contraire car le décroissant s'intéresse à l'humain qui a fabriqué l'objet qu'il va acquérir, donc non c'est faux, le décroissant respecte plus l'humain que le consumériste. Décroître n'est pas ne plus consommer, mais signifie consommer différement dans le respect de la nature et de l'humain, dans le but de nous rendre un véritable service et non pas de devenir l'esclave de l'objet. Il s'agit également de consommer différément, avec des circuits courts : intégrer une AMAP, aller chercher du lait chez le voisin (oui, si on a la chance d'avoir un agriculteur comme voisin), d'éviter les achats inutiles.... bref une simplicité volontaire.

Il est de ces phrases que nos parents prononcent et qu'on n'oublie pas. Une toute petite devinette en réalité. Mais je l'ai gardé au fond de ma mémoire, et de mon coeur aussi. Depuis le temps, elle n'a pas pris une ride, je pense meme qu'elle a rajeuni. Cette devinette, je la pose maintenant à mes élèves. La voici :

"- Quel est l'objet qui pollue le moins ?

- celui qui n'est pas construit."

Si il y a une seule chose que je veux garder de mon père, c'est celle-ci.... et comme vous pouvez le constater, nous possédons tous au fond de nous de véritables trésors immatériels.

Ps : ce billet a pour but d'informer sur une nouvelle manière de penser sa vie. Je ne cherche pas à donner des leçons, ni même à imposer une manière de penser. Qui serais-je pour le faire, je ne suis moi-même pas décroissante (bien que j'y aspire tous les jours un peu plus). J'espère juste que ce petit billet vous aidera à réfléchir à un nouveau mode de vie possible, comme il m'aide à y réfléchir moi aussi en l'écrivant.